Archives de catégorie : Actualités Syndicales

La politique du « en même temps » à l’Éducation nationale : encenser la liberté en muselant les agents.

L’article ci-dessous a été rédigé par les camarades du SNUEP de Normandie, il est parfait !

En octobre 2020, le tragique assassinat de notre collègue Samuel Paty n’a pas manqué de faire réagir le monde médiatico-politique. Un mot revenait dans les bouches de toutes et tous : liberté. Cette dernière était glorifiée à l’envi, et toute la hiérarchie de l’Éducation nationale la reprenait à son compte.
Pourtant, avant son assassinat, Samuel Paty n’a pas toujours reçu le soutien escompté de la part de l’institution. Avant le 16 octobre 2020, il y a eu des manquements de la part de cette dernière. Puis, les enseignant·es se souviennent encore de l’organisation de l’hommage à leur défunt collègue. Prévu en catastrophe et en pleine émotion, il devait avoir lieu la matinée du 02 novembre 2020…avant d’être annulé au dernier moment. Les acteurs de la communauté éducative avaient été prévenus par voie de presse.
Les enseignant·es ont été touché·es par cette incurie institutionnelle et les séquelles sont profondes. Alors, à l’annonce d’un hommage le 15 octobre 2021 à Samuel Paty, les dents ont grincé car l’hypocrisie ne passait plus.
C’est ce qui a conduit Jean-Christophe PETON (PLP de l’académie de Besançon) à dénoncer auprès de ses collègues, via l’ENT, l’ironie d’un hommage rendu par l’institution, quand cette dernière n’avait pas soutenu Samuel Paty quand il en aurait eu besoin. Pour le rectorat de Besançon, cette défiance n’était pas supportable. Certaines vérités ne semblent pas bonnes à dire et notre collègue a été suspendu pour une durée de 4 mois en attente d’un conseil de discipline.
La convocation à un conseil de discipline n’a rien d’anodin et peut conduire à de lourdes sanctions. Officiellement, en réponse à un article de L’Express[1], l’académie de Besançon déclare :

« Ce professeur a été sanctionné par suspension à titre conservatoire suite à l’utilisation d’un outil institutionnel et professionnel de communication, en l’occurrence l’environnement numérique de travail (ENT) à des fins de diffusion de propos personnels qui n’ont rien de pédagogiques […] C’est bien dans ce cadre là qu’il a été sanctionné et non pas pour ses propos »

A l’heure où Jean-Michel Blanquer tente de revêtir le costume de défenseur de la liberté d’expression, il serait difficile d’assumer que les propos tenus sont responsables de la procédure administrative mise en route. Les enseignant·es ne sont pas dupes et une grande vague de soutien à destination du professeur incriminé submerge la toile. Si une mauvaise utilisation des outils internes de l’Éducation nationale était réellement la cause du problème, un simple recadrage aurait suffi. Ici, on tente de museler la parole divergente d’un collègue.
Nous avons en mémoire l’affaire des 4 de Melle où des enseignant·es avaient été lourdement sanctionné·es pour leur participation à des manifestations contre la mise en place des E3C dans les lycées. Nous constatons que la liberté d’expression des professeurs s’est amoindrie ces dernières années. Le SNUEP-FSU s’était inquiété de la mise en place de l’article 1er de la loi sur l’École de la confiance, qui restreignait la liberté d’expression des enseignant·es. Nous en voyons les conséquences directes.

Ajout du 3 décembre (SNUEP BESANCON)

Suite à une nouvelle convocation au rectorat de Besançon le jeudi 2 décembre, les sanctions à l’encontre de Jean-Christophe Peton ont été levées.

C’est une belle victoire et une belle déconvenue pour le rectorat. Encore une fois, la preuve est faite que le combat collectif, la mobilisation en masse des collègues enseignant.es et agent.es du Lycée du Bois de Mouchard, et la mobilisation d’une intersyndicale représentant l’ensemble des syndicats de l’académie peuvent nous amener à remporter des victoires. Nous devons être fiers de celle-ci dans la période difficile qui s’annonce pour nous.


[1] https://www.lexpress.fr/actualite/societe/affaire-paty-un-prof-suspendu-pour-avoir-mis-en-cause-l-education-nationale-se-dit-estomaque_2163393.html

1er Mai dans la rue Ensemble pour les droits sociaux et les libertés.

En ce 1er mai, nous devons nous mobiliser pour défendre et revendiquer les droits des travailleur.ses et les libertés.

Plusieurs rendez-vous sont programmés dans l’académie.

Voici la liste des rendez-vous :


Doubs :

Besançon :  10h30  Place de la révolution

Montbéliard : 10h Place de la Chiffogne (Bd Victor Hugo)

Jura :

Lons : rendez vous à 10 h Place de la liberté

Dole : rendez vous à 11 h  avenue de Lahr

St Claude : rendez vous à 10h30 Place du 9 avril

Haute-Saône :

Vesoul : 10 h Place de la gare

Territoire de Belfort :

Belfort : 10 h Maison du Peuple

REprise le 26 avril – Signez la Petition

Pour obliger le gouvernement à une réouverture de l’école dans de bonnes conditions, la FSU lance, avec la FCPE et une large intersyndicale une pétition https://la-petition.fr/reprise-le-26-agir-rapidement qu’elle vous appelle à signer et à faire signer très rapidement. A cette heure, le ministère n’a toujours pas informé des dispositions qu’il entend prendre pour réussir cette reprise. Aucune date de réunion n’est prévue avec les organisations. Les déclarations les plus contradictoires sont faites sur la priorité de vaccination des personnels ou encore sur les dispositifs de tests et d’auto tests. De la même manière, c’est aussi dès maintenant que la rentrée 2021 devrait être anticipée en termes de moyens et de dispositifs tenant compte de ces deux années de scolarité des élèves.

Une fois de plus, rien n’est donc anticipé et ce sont encore les personnels qui en feraient les frais, c’est inacceptable !

En signant cette pétition, vous donnez de la force aux revendications qui y sont listées : accès prioritaire à la vaccination pour les personnels, définition des cas contacts, règle de fermeture de classe fixée partout à un cas avéré, amélioration de la politique de tests, locaux équipés de capteurs CO2, masques chirurgicaux fournis aux élèves et aux personnels, classes allégées… nous exigeons des réponses rapides.

https://la-petition.fr/reprise-le-26-agir-rapidement